L’OURS CAMILLE

Camille est le dernier ours brun pyrénéen.

Depuis 2010, il est considéré comme mort, car ses traces n’ont plus été retrouvées. Il était déjà âgé de plus de 25 ans et a passé la majeure partie de sa vie entre la vallée française du Béarn, la vallée de Roncal en Navarre et les vallées d’Ansó et d’Echo en Aragon.

Pour lui, ce parcours porte son nom.

L’OURS CAMILLE

Camille est le dernier ours brun pyrénéen.

Depuis 2010, il est considéré comme mort, car ses traces n’ont plus été retrouvées. Il était déjà âgé de plus de 25 ans et a passé la majeure partie de sa vie entre la vallée française du Béarn, la vallée de Roncal en Navarre et les vallées d’Ansó et d’Echo en Aragon.

Pour lui, ce parcours porte son nom.

Dernière photo de l’ours Camille. Auteur: Jaime Solanas.

L’OURS BRUN PYRÉNÉEN
(URSUS ARCTOS PYRENAICUS)

Les ours qui existent encore dans la cordillère pyrénéenne, environ 25 spécimens, viennent de Slovénie ou sont les descendants des spécimens réintroduits qui ont été mélangés avec les Pyrénées qui vivaient encore à l’époque, comme c’est le cas de Neré, l’ours qui fréquente le plus ces vallées de nos jours.

Les ours sont des animaux populaires et caractéristiques. Les adultes peuvent mesurer de 1,5 à 2 mètres de long, 1 mètre de haut au garrot et dépasser les 200 kilos chez les mâles. Les femelles sont plus petites et on un poids plus réduit, entre 80 et 120 kilos. On estime que la longévité de l’espèce à l’état sauvage est de 25 à 30 ans.

L’ours possédant une visión mediocre, leur ouïe, par contre, est très aiguë. Ceci étant, les sens le plus développé et le plus utile dans leur vie quotidienne est sans aucun doute l’odorant, qui est extrêmement fin.

OÙ ET COMMENT VIVENT LES OURS

Les ours pyrénéens préfèrent les zones offrant une couverture végétale dense où ils peuvent trouver refuge, des aliments et une protection, et évitent en grande mesure les milieu ouverts. Ils évoluent de preference entre 1.300 et 1.800 mètres d’altitude. Le régime alimentaire de l’ours se constitue principalement d’herbacées et d’autres plantes, baies et de fruits secs. Ils s’alimentent égelement de charognes et, de façon occasionnelle, d’animaux domestiques et sauvages. Ils cherchent des ruches et des fourmilières pour savourer le miel et consommer les insects et leurs larves.

En hiver, les ours se réfugent dans des tanières, lieu où ils passent la période longue et sensible de l’hibernation et où les femelles mettent bas. En janvier se produit la naissance de la portée, qui se compose en général d’un à trois oursons, très faibles, ateignant à peine les 350-400 grammes. Les oursons accompagnent leur mère jusqu’à l’âge de 16 à 18 mois.

SITUATION ACTUELLE DE L’OURS DANS LES PYRÉNÉES

Avec la disparition en novembre 2004, en France, de Cannelle, la dernière ourse autochtone des Pyrénées, la population ursine de souche pyrénéenne, qui compatit 200 exemplaires au debut du XXème siècle, pouvait être considérée virtuellement étiente. Après la morte naturelle en 2004, à lâge de 29 ans, du vieux mâle Papillon, la population des ours originaires de ces montagnes se réduisait à le male Camille, qui se tient par mort aussi depuis 2010.

En 1996-1997 et en 2006, des examplaires d’origine slovène ont êtés lâchés et ils se sont adaptés et se sont reproduit. Au moins, 20 à 25 ours vivent sur les deux versants des Pyrénées. Les vallées de Roncal (Navarre), celles d’Ansó et Hecho (Huesca) et le Val d’Aran et le Pallars Sobirà (Lleida) constituent les zones les plus recherchées et les plus fréquentées.

Deux ourses enceinte ont êtés lâchées aussi en 2018 en vallée d’Aspe.

INDICES DE PRÉSENCE

L’ours et un animal aussi rare que furtif, qui se laisse difficilement observer. Ceci dit, traces d’excrément, coups de griffes et morsures dans des arbres peuvent reveler la presence du plantigrade.

Quand il marche sur un terrain bouex ou enneigé, les empreintes des mains et de pieds marquent clairment la paume, les cinq doigts et les ongles. Les excréments de l’ours sont d’une dimensión appréciable et des restes semi-digérés –fragments d’herbes ou baies et fruits secs- peuvent être clairement appréciés. De coups de griffe et de morsures dans les écorces des arbres se trouvent normalement à une hauteur comprise entre un et deux mètres.

QUE FAIRE EN CAS DE RENCONTRE AVEC UN OURS

 

En général, l’ours brun a peur de l’homme et l’évite. En cas, improbable, de rencontre avec un ours à courte distance, il faut:

• Permettre à l’ours de nous identifier en manifestant notre présense et en nous faisant voir et entendre à une distance suffisante.

• Se déplacer sans faire de gestes désordonnées et brusques.

• Ne pas barrer le passage ni bloquer les voies éventuelles que l’ours pourrait emprunter dans sa fuite.

• S’éloigner lentement du lieu et de l’itinéraire que l’ours pourrait prendre.

• En cas de rencontre avec une ourse et ses oursons, ne jamais s’interposer entre la mère et les oursons.

DE JUIN A SEPTIEMBRE
120 KM DE MONTAGNE
6-7 ETAPES / 7 REFUGES

+ INFO

De juin à septembre

7 auberges de montagne

Pour faire La Senda

PARCOUREZ CETTE ROUTE MERVEILLEUSE

DANS LE TERRITOIRE DE L’OURS

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies